28ème jour du 7ème mois. An 34

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

28ème jour du 7ème mois. An 34

Message par Salve-Serre le Mer 3 Fév 2016 - 16:33

[ Le texte est écrit en orc, un orc un peu tourné mais pas vraiment soutenu ]

Des têtes qui roulent, ce n'est pas vraiment nouveau.
Nous avons retrouvé les Sangrehaine devant la ville, ils étaient tout juste plus nombreux que nous. Les Maestria avaient sorti leurs armures de parade, à ce qu'il faut croire. J'ai fait de même. Foutues convenances. 
De l'extérieur on entend la foule qui s'occupe, qui bouge et qui joue avec l'air lourd de Durotar. L'air est lourd, c'est un fait, et quand on entre dans la ville l'odeur prend aux narines, odeur de sueur d'orc, de poil mouillé de tauren et de cuir de kodo. S'ajoute à ça la terre qui se tasse sous les pas, et les cris des commissaires-priseurs quand on passe dans le quartier commerçant.

Sans aucun doute cette ambiance a rappelé des souvenirs. Des mauvais, pour la plupart. On se souvient presque tous de ce que tous veulent appeler le Siège. Le Garde de Pierre l'évoquait en passant près de la Herse.
« On a prit une de ces branlées ici... » sont à peu près ses mots.

Et puis le billot est apparu. Il y avait une foule compacte qui huaient les prisonniers amassés là. Le billot était déjà couvert de sang, et ça nous a mis, directement, dans une nouvelle ambiance de haine lorsqu'une tête est tombée aux pieds de Grom'brok qui menait la troupe.
Alignés près des marches, on a fixé les orcs qui tremblaient de peur s'avancer, s'agenouiller, leur tête tomber.
Le sifflement de la hache.
Lisonelle tremblait, décidément trop sensible, et les autres regardaient sans aucun sentiments. Sont plutôt doués pour masquer leur dégout, j'admets avoir mis du temps pour ne plus avoir de haut-le-coeur, à l'époque.

Les chefs sont revenus, avec le fameux Haine-Acier qui perdrait sa tête bientôt, et les orcs ont gueulé. Un discours, deux discours. Korrag lève sa lamepoing, l'abat, le sang gicle. Il la brandit vers les remparts, et on entend le sifflement des balles, soudain on nous tire dessus.
Je vois Garahn tomber, je trébuche sur lui et c'est la retraite en panique dans la caserne.

La suite est floue. Ça sent le sang, il y a des morts, et les blessés sont bien trop nombreux. Ceux qui étaient encore valides sont partis, dans le sillage d'un phénix, symbole d'espoir.
Des loyalistes ? Certainement, et ça se confirme lorsque six d'entre eux viennent frapper à la porte. C'est un combat dont tout le monde se serait passé, mais les Sangrehaine et les Maestria, blessés, combattirent coude à coude, à l'honneur.

Au final, combien de morts ? Civils, militaires, ils se comptent en dizaines, une Sangrehaine, et le Poussin qui a failli y passer.
La troupe était blasée, en rentrant. C'est à se demander si chaque sortie ne se fera pas avec une épée sur la nuque, celle qui nous rappelle qu'on n'est en paix nulle part.
Certains n'ont pas l'air d'avoir ces préoccupations.
Je les envie.
avatar
Salve-Serre
Officier
Officier

Messages : 152
Date d'inscription : 26/01/2016

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum