3 ème jour du Onzième mois de l'an 35 Une gemme / une illusion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

3 ème jour du Onzième mois de l'an 35 Une gemme / une illusion

Message par Admin le Mer 3 Fév 2016 - 16:35

En ce 3ème  jour du Onzième mois de l’an 35, après notre séance mensuel, à l'occasion de laquelle, le bilan du mois est fait, les futurs projets exposés, les insignes aux postulants mercenaires remis, les interruptions d’un orc un peu volubile, et n’oublions pas la distribution des primes.
Ce fut le moment de l’histoire tant attendu de Linrielle. N’ayant pas la prétention d’écrire un chef d’œuvre qui me rendra immortel, ou me fera élire dans une Académie de littérature, me permettant d’obtenir un prix. Je vais simplement essayer de mener à bien ma tâche de scribe, en vous transportant dans l’histoire relatée par Linrielle et Thaleras.


Le Seigneur Aurenen en patriarche préside la table, Thaleras une main posée sur le dossier de la chaise de Lisonelle, l’autre tenant un verre, notre Doc’ s’installe bien au fond de sa chaise, prenant à son tour son verre en main, Vaenà décide de remplacer Salve-Serre en restant droite contre le mur, Syaméïs est assise sur la table du fond, Linrielle peut commencer.
Ce soir, je vais vous raconter une histoire vécue par des Maestrias. Elle n'est pas récente. Certains l'ont vécue, d'autres en ont vu le résultat. Encore d'autres ont seulement eu vent de cette soirée. Je vais tenter de vous faire vivre ce moment comme nous l'avons vécu.
Tout a commencé avec un mage noir. Mauvaise entame vous pourriez dire. Ce n'était pas notre meilleur choix mais bon. Il nous avait demandé de récupéré une gemme pour son compte, dans une tour. Rien de bien méchant pour le moment. Mais il a disparu avec une fois que nous la lui avions remis, sans paiement, ni rien.

Levant le nez de ma feuille, j’observe les présents. Thaleras prend une gorgée de rhum, regardant Linrielle d'un air attentif. Lisonelle boit elle aussi une gorgée en tiquant un peu de l'oreille droite.

Quelques jours plus tard, le Kirin Tor nous ordonnait de récupérer cette gemme. La raison: nous avions aidé un mage noir à s'emparer d'un artefact capable de créer des illusions, tellement puissante que cet objet était sous la protection du Kirin Tor. Nous l'avions dérobé à un certain sorcier de rang inférieur nommé Ignavus Rime Arcane. Ce nom fut prononcer avec un  ton plein de mépris, suivi d’un, grincement de dents de la part de notre conteuse. Et c'est avec lui que nous avons dû travailler pour la récupérer. La gemme se trouvait près d'Altérac. Nous devions juste la récupérer et laisser Rime Arcane s'occuper du reste. Un groupe surveillait la dite gemme, protégeant la bâtisse dans laquelle elle se trouvait. Un autre  mis hors d'état de nuire un groupe protégeant la gemme, cela s'effectua sans accrocs. La gemme pu être récupérée.
A ce moment-là, j'avais pu observer le groupe que nous formions, Naestrae, Thaleras, Marà, Guznik, Kyrael, Lliane... J'en oublie peut être, dit-elle, secouant brièvement la tête. Tout en regardant Linrielle, Thaleras compléta la liste des noms en ajoutant Dyrr. Sya'. Notre conteuse opina de la tête puis continua son récit. Nous étions tous content d'en avoir fini avec cette histoire. Mais nous n'étions pas au bout de nos surprises……
Rime Arcane entama une série de vérification sur la gemme... Mais il y eu une série de trop. Cette dernière s'est mise à briller fortement, dégageant une grande quantité d'arcane. L'ensemble du groupe fini par se réveiller, mais ce fut le trou noir, personnes n'étaient blessés, c'était le principal, mais nous n'étions plus au même endroit.
La forêt des pins argentés nous accueillait. Mais...quelque chose n'allait pas. Autour de nous semblait régner une sorte d'agitation. Des gens courraient, se réunissant autour d'un bâtiment. Chacun des Maestrias présents tentaient de savoir ce qu'il venait de se passer.
Et là, derrière le groupe, une voix humaine s'éleva :", dépêchez-vous de rassembler tout le monde pour faire un portail. Les morts seront bientôt sur nous!", c'est un Rime Arcane en chair et en os que nous voyons à ce moment-là, tout ce qu'il y a de plus vivant, et membre du Kirin Tor.

Je suspends mes écrits essayant de capturer les images des personnes m’entourant. Vaenà se gratouille la joue, Thaleras tique de l'oreille, reprenant une gorgée de rhum. Lisonelle vient récupérer une main de l'éclaireur, l'étreignant brièvement, avant de la poser sur son épaule, notre patriarche reste de marbre, Syaméïs quant à elle, croise simplement les bras.

Rime arcane en vie, le Kirin Tor, des morts....Nous étions dans le passé. Comment étions nous arrivés là, aucune idée. La seule qui a été émise, était celle que nous vivions dans une illusion créée par la gemme. Une illusion tellement réelle que frapper un poteau n'était pas sans douleur, Kyrael s'en souvient encore. Une telle illusion que l'arrivée des morts s'est sentie avant d'être vue ou entendue. Le Fléau marchait dans notre direction.
Ceux ayant connu cette période prirent les devants. Marà et Thaleras décidèrent qu'il n'y avait pas d’échappatoire. Le mieux qu'il nous restait à faire, était d'aider les habitants et le Kirin Tor pour une évacuation par portail.
C'était une armée, qui fonçait sur nous. Tous les Maestrias se regardaient. Les plus jeunes se fiant aux plus anciens. Combattre le Fléau....comment survivre à ça?
La décision prise, une ligne fût formée devant l'entrée du bâtiment principal. L'objectif: tenir le temps qu'un portail se forme à l'intérieur pour évacuer tout le monde. Nous nous sommes joints aux gardes présents. Mais qu'est-ce qu'une poignée face à une telle vague?
Et pourtant nous avons fait face. En ligne, nous nous tenions devant l'entrée. L'odeur de pestilence se faisait de plus en plus forte. Le cliquetis des os, les râles des morts en marche ne faisaient qu'augmenter la peur déjà présente dans les rangs à l'évocation de l'arrivée du Fléau. Lentement mais inéluctablement, ils avançaient vers nous.
Puis, d'un seul bloc, l'armée face à nous chargea. Des goules, des abominations, tout ce qu'il peut y avoir d'horrible dans leurs rangs nous attaquait.
Le fracas des armes sur les os et la chair putréfiée résonna. Les sorts lancés par les mages décimaient les ennemis en première ligne, mais d'autres prenaient leurs places.
La ligne tenait tant bien que mal. Marà chantait pour nous donner du courage. Petit à petit chacun reprenait ses mots. Comme si cela pouvait nous renforcer. Mais que peu un chant face à tant de haine, face à une telle masse où la moindre erreur est fatale?
Et la première erreur fut commise. Un simple mouvement de bouclier mal placé... Et Naestrae disparaissait, son corps littéralement arraché par le crochet d'une abomination. Son cri d'horreur frappa de stupeur les rangs des Maestrias.
Mais cette stupeur ne dura qu'un instant. Une brèche s'était créée dans la ligne de front et elle devait être comblée. A ce moment, je choisi de prendre la place de Naestrae, personne d'autre ne pouvant le faire. Je sortis alors mon épée, puis m'avança au côté de Kyrael, prête à déchainer, flammes, arcane, acier, dans un combat pour ma survie, pour notre survie.

Notre conteuse marque une légère pause, s’assombrissant quelque peu. Je me surprends à observer de nouveau les présents. Thaleras câline machinalement l'épaule de Lisonelle des doigts, le regard et les oreilles tournés vers Lin'. Vaenà a le regard fixé sur le sol comme plongée dans ces pensées, le Seigneur Aurenen commence son ô combien connu lissage de sourcils. Syaméïs ferme les yeux, surement pour associer les images de ses souvenirs à la narration de Linrielle. Lisonelle a la mâchoire légèrement serrée, les sourcils plissés,  remuant un peu l’oreille. Je crois pour ma part avoir émis un hoquet au mot abomination. Avant la reprise de l’histoire, Lisonelle fini son verre de rhum, se resservant et en silence...refaisant le niveau des autres verres posés sur la table. Linrielle inspire puis reprend.

Tout n'était que fracas, déchainement de sorts quand une autre brèche s'ouvrit dans notre formation. Il n'a fallu qu'un battement de cils pour une goule passe ma défense et se jette sur moi. Le reste ne fut que douleur, lacération... le froid, l'abandon....le noir total.

Alors que nous sommes suspendus aux lèvres de Linrielle, attendant la suite, cette dernière s'arrête de nouveau, serrant ses mains l'une dans l'autre. Je surprends Vaenà regardé vers la sortie, puis, un échange de regard entre Thaleras et Linrielle, une gorgée de Rhum, un raclage de gorge, et la voix grave de l'éclaireur prend le relais, stoppant peut-être ainsi le départ précipité de Vaenà.

J'étais un peu plus loin sur la ligne. Coude à coude avec Marà, nous avons vu les nôtres tombers, les miliciens humains se faire décimer. Quand Kyrael s'est mis à hurler, j'ai compris que Linrielle avait été touchée,  au même moment, les mages du Kirin Tor ont eu la glorieuse idée de faire apparaitre une barrière arcanique entre le Fléau et nous.
Cela nous a offert quelques minutes de répit. Nous sommes retournés vers l'hôtel de ville, Kyrael a pris Lin' dans ses bras, j'ai attrapé Sya', Dyrr aidait Marà qui trainait la patte, Guznik nous couvrait.
Derrière, les griffes crissaient sur la surface de l'arcane. Le bouclier n'allait pas durer longtemps. Nous avons fait ce que nous avons pu pour barricader l'entrée du bâtiment, avec ce que nous avons pu trouver : des meubles, des planches...
Un mage est resté dehors pour maintenir aussi longtemps que possible le bouclier. Quand il a crié, nous avons compris que le prochain assaut était pour nous.
Nous étions dos à la barricade, je me souviens de Guz, il râlait en faisant les cent pas devant nous, après le tumulte, l'attente, c’était pire encore.
Linrielle était inconsciente et Kyrael commençait doucement mais sûrement à voir rouge, Sya’ ne bougeait plus vraiment non plus. Nous en venions à prier que cet espèce d'instant figé ne se brise, histoire de reprendre.
Bien évidemment, cela a fini par arriver. Une griffe de goule a percé la barricade, une autre. Nous les repoussions à coups de lames, mais ils étaient nombreux. Nous avons dû nous replier dans la salle suivante. Kyrael couvrait notre repli.
Au moment où la barricade cédait complètement, nous avons entendu un grand cri. Il venait de péter les plombs. Berserker. Il s'est jeté dans l'armée des morts. Cela nous permettant de nous retrancher, de fermer la porte, de coller une armoire devant je crois.
Dans cette salle, à l’arrière du bâtiment, il y avait Rime-Arcane. La version vivante, meilleure mage que ce qu'il n'est. Il maintenait un portail, les gens du village se pressaient pour évacuer. Il en restait encore pas mal, non après réflexion, il en restait plus tant, en même temps. Durant une fraction de seconde, l'espoir pouvoir s'enfuir. Puis là, les vitres de l'hôtel de ville ont explosé derrière les volets et les morts ont déferlé. Marà est tombée peu après.
Je me souviens encore du coin que l’on tenait avec Guz, de Dyrr derrière nous faisant son possible pour cramer les goules, puis devant nous, Rime-Arcane s'est fait éventrer par une goule alors que le dernier des villageois évacuait, puis tout est devenu de nouveau noir.

La voix grave de Thaleras s’interrompt, ce dernier vide son verre de rhum, j’exploite cette interruption pour lever un œil de ma feuille, j’en profite pour essayer d’analyser les effets de l’histoire sur participants. Vaenà, se tient les bras, appuyé contre le mur, fixant toujours le sol, visiblement mal à l’aise, notre directeur continue de ce lisser les sourcils, pourtant si parfaitement lisses. Lisonelle poses instinctivement la main sur celle de Thaleras, attentive à l'histoire. Linrielle ne bouge pas, ses mains l'une dans l'autre fortement serrées, le regard plongé dans son verre. Syameis rouvre les yeux. De nouveau le regard de Thaleras et Linrielle se croise. Elle relève la tête, reprenant la parole.

Le noir. Et puis...nous avons ouvert les yeux. L'un après l'autre. Comme sortant.....d'un cauchemar. Tel qu'il restait à l'arrière de nos pensées. Nous nous trouvions dans une auberge de Dalaran. Rime Arcane était là, veillant sur nous.
Les maestrias ne semblaient pas croire ce qu'il venait de se passer. Encore moins d'être encore vivants. Rime Arcane nous expliqua que nous avions été aspirés dans une illusion créée par la gemme, à partir d'un de ses souvenirs.
Thaleras lève un verre étrangement plein vers Linrielle, en ajoutant : c’était le souvenir de la mort de Rime Arcane. Comme quoi même un raté peut être un héros. Mais qu'est-ce que c'est bon de vivre après ce genre de trucs.

Linrielle hoche la tête continuant, ce souvenir nous a laissé à tous des traces. Nous vivons avec et essayons d'en tirer des enseignements. Je n'aurais qu'une dernière chose à dire. Ne prenez aucun risque face à une magie inconnu, que vous ne maitrisez pas....et appréciez tous les moments que nous partageons ensemble. Ils font partie de choses qui comptent.

Je pose mon crayon, je vois Vaenà se diriger rapidement dehors, vraiment pas dans son assiette. Nous levons nos verres à la santé des Maestria. Je ne sais pas si Linrielle a explicitement raconté, cette histoire, mais je crois que la conclusion m’était plus ou moins adressée.
avatar
Admin
Admin

Messages : 44
Date d'inscription : 02/09/2015

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum